mochillin-logo

 

2 voyageurs dans le désert

Nous sommes 2 jeunes français, Amandine et Clément, tombés sous le charme de la Colombie et de leur artisanat.

Notre premier voyage dans le désert de la Guajira s’est fait respectivement en 2017 et en 2016, où nous nous sommes familiarisés avec la culture Wayuu, la région de la Guajira et leur travail artisanal.

 

 

 

 

 

 

 

L’idée de les commercialiser a émergé en Juin 2017, et après la création de la marque et quelques premiers contacts, la société a été officiellement créée en Janvier 2018.

Depuis, nous travaillons au plus près des communautés Wayuu afin de diffuser en France leurs produits artisanaux colorés, en s’adaptant aux tendances et aux saisons.

Les « mochilas » Wayuu, c’est quoi ?

Les « mochilas » (sacs, en espagnol) Wayuu, comme celles de Mo’chillin, sont entièrement confectionnées à la main par les femmes Wayuu.

Dès leur adolescence, les jeunes filles Wayuu apprennent à tisser. Cela fait partie intégrante de leur éducation et de la transmission de la culture Wayuu. Cet apprentissage tout au long de leur vie en font des artisanes extrêmement douées pouvant réaliser des articles tissés de très haute qualité. Les motifs représentés sur les sacs représentent les songes de ces femmes, leurs façons de voir le monde.

Les plus simples mettent de 3 à 4 jours de confection, les plus compliqués jusqu’à deux semaines. Cela dépend notamment de la complexité des motifs et du nombre de couleurs et donc de pelotes différentes à utiliser simultanément.

Ils sont entièrement réalisés en coton avec la technique de double fil. La bandoulière et le sac sont réalisés séparément et unis par la suite.

D’ou viennent nos Mochilas Mo’chillin ?

Le peuple Wayùu est un peuple amérindien qui vit aujourd’hui entre la Colombie et le Venezuela. Ils parlent leur propre langue, le Wayùunaiki, ainsi que l’espagnol, pour une majorité d’entre eux.

Ils se sont retranchés dans le désert de la Guajira à l’arrivée des colons Espagnols. Ce désert, aussi intrigant qu’inhospitalier, leur a permis de conserver et préserver leur culture et leurs coutumes en ayant résisté aux envahisseurs et en gardant le contrôle de leur territoire. Aujourd’hui, leurs ressources naturelles sont menacées par l’extraction minière qui les utilise ou les pollue. Ils vivent donc principalement du tissage, de Chinchorros (hamacs Guajiros) et de mochilas, comme celles de Mo’chillin.

Nos Mo’chillin sont entièrement confectionnés par la tribu Wayuu de Mañatú, qui se situe à 22 km de Riohacha, capitale économique de la région de la Guajira.

Feligno et Yanitza, chefs de la communauté de Mañatú nous y ont reçus et sont devenus ainsi nos points de contact.

 

Yanitza, Clément et Feligno, à la rancheria Mañatu